Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 19:58

puces-500x500-02En cette journée de rentrée, le Musée rapelle qu'il fait partie du réseau Patrimoine Juniors des Guides du Patrimoine des Pays de Savoie.

 

1375708_593201257392067_603442470_n.jpg

 

puces-500x500-02Pour les élèves de l’école primaire (Cycle 3), un livret de visite peut être remis à chaque élève.

 

File0459

 

puces-500x500-02Pour les enseignants, ils trouveront les différentes thématiques qui peuvent être abordées lors de ces visites.

 

puces-500x500-02Des visites guidées peuvent également être organisées pour les élèves des cycles 1 (écoles maternelles) et 2.

 

DSCN0861.JPG

 

 

puces-500x500-02Pour les élèves des collèges, en particulier des classes de Troisième, un livret pédagogique est spécialement consacré à l'espace "Résistance et Seconde guerre mondiale" du Musée.

 

Couverture-livret-Resistance.jpg

 

 

puces-500x500-02Enfin des visites peuvent être organisées en langue anglaise.

 

 

Abberley-Hall-School.jpg

Nos amis de Abberley Hall School

 

 

Antoine en pied

 

 

 

 

 

 

 

Enfin n'oublions pas que dans ce Musée, le boss c'est un junior !

 

Repost 0
Published by musee-moutiers - dans Pour préparer la visite
commenter cet article
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 12:21

L'on dit souvent que la cathédrale de Moûtiers est la cathédrale Saint Pierre. La dédicace est un peu plus complexe puisque la cathédrale est dédiée à l'Assomption de la Vierge, que l'Eglise célèbre aujourd'hui, et aux saints Pierre et Paul. En cette fête mariale, il ést intéressant de constater le grand nombre de "visages mariaux" que contient cette cathédrale à travers ses peintures, sculptures et vitraux. Pas moins de 19 pour en rester à ceux qui sont visibles des fidèles. Petite synthèse.

 

image.jpg

Repost 0
Published by musee-moutiers - dans Pour préparer la visite
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 21:31

Grâce à la générosité d'un ami du musée une nouvelle machine à coudre est venue rejoindre nos vénérables Singer, une New Home standard.

 

DSCN5860.JPG

 

DSCN5855.JPG

 

DSCN5854.JPG

 

C'est à la veille de la Guerre de Sécession, aux Etats-Unis, en 1860, que Thomas H. White et William L. Grout (1888-1908) ouvrirent une fabrique de machines à coudre à East Templeton au Massachusetts. Un an plus tard William Grout rompit son partenariat avec Thomas White et ouvrit une seconde fabrique à Winchendon toujours au Massachusetts.

Alors que la Guerre de Sécession fait rage en 1863, Thomas White et Stephen French, son mécanicien depuis 1861, quittèrent leur fabrique de Templeton  pour s'installer à Orange (Massachusetts) et y prendre des locaux plus spacieux devenus nécessaires pour satisfaire la demande de la clientèle. La première machine sortie de cette manufacture s'appelait "New England Family Sewing Machine" (Machine à coudre familiale de la Nouvelle Angleterre).

Barker, le principal vendeur de White, décida de quitter ce dernier et  fonda sa propre entreprise, la Gold Medal Sewing Machine, pour produire une machine nommée "The Pride of the West" (La fierté de l'ouest) et plus tard la "New England Machine" (Machine de la Nouvelle Angleterre). En 1867, Barker retournera sur les lieux qui avaient connus ses débuts dans la machine à coudre et installa sa compagnie à Orange comme son ancien employeur, Thomas White, l'avait fait.

Thomas White, quant à lui, était attiré par le Middle West qui se développait fortement en cette époque de migration vers l'Ouest. Ainsi décida t'il, au sortir de la guerre en 1866, de partir s'installer avec ses deux fils et trois employés à Cleveland en Ohio où il conçu le premier prototype de machine à coudre White, marque qui lui survécu et existe encore aux États-Unis de nos jours.

Après que Andrew J. Clark ait rejoint la compagnie en 1867, le 25 janvier 1882 la Gold Medal Sewing Machine fut restructurée et devint la New Home Sewing Machine Company avec à sa tête John Wilson Wheeler qui restera le président de la nouvelle compagnie jusqu'à sa mort en 1920. Les premiers modèles de la quatrième avenue new-yorkaise, inventés par W. Grout, New Home furent la "Octagon", la "New Home", la "National" et la "Favorite".

 

pub-machine-a-coudre-new-home-1889.jpeg


Stephen French invente la machine "Home Shuttle" et la "Home" en 1870. Ces deux modèles furent distribuées dans le monde entier. Dès 1884 la production de machines à coudre s'élevait à environ 500 par jour. En 1889, New Home acheta la fonderie Orange Iron Foundry Company. En 1893, New Home entama la production de la "Climax" en remplacement de la "Favorite". Puis vinrent la "Ruby", la "Rotary", et la "Little Worker". Malheureusement; en 1898, un incendie détruisit une partie de la manufacture.

New Home se lança aussi dans la fabrication des aiguilles pour ses propres machines puis le succès venant commença à fournir des aiguilles à la concurrence. Cette production pris tellement d'ampleur que le bâtiment du être agrandi plusieurs fois.

En 1906-7 la production annuelle de machines à coudre atteignait 150 000 machines pour 743 employés. En 1918, alors que la première guerre mondiale approchait de son dénouement, New Home fit l'acquisition de la National Furniture Company pennsilvaniènne de Williamsport.

Au printemps de 1927, New Home déménage de la 4ème avenue de New York pour retrouver ses origines à Orange.

 

untitled.JPG


C'est au début du XXè siècle, en 1921, que Janome fut fondée au Japon par Yosaku Ose et Shigeru Kamematsu. Ce dernier utilisait une canette ronde qui, disait-on, ressemblait à un oeil de serpent, en Japonais "Ja No Me" d'où le nom de cette nouvelle compagnie. En 1960, Janome fait l'acquisition de la quasi-centenaire New Home. Quatre ans plus tard, soucieux de développer de nouveaux modèles de plus en plus performants Janome créa un centre de Recherches et Développements dédié entièrement à la conception de nouveaux modèles.

En 1979, Janome marquait le début des machines électroniques en commercialisant  la première machine électronique programmable, la "Memory 7". Toujours dans ce domaine, 1992 est une autre étape, la première machines à broder multi-couleurs disposant d'un cercle à broder fut produite par Janome.


Ce n'est que le 1 mai 1999 que le nom New Home fut abandonné aux Etats-Unis. Toutefois il persiste dans les mémoire et les New Home ne sont pas encore tout à fait devenu Janome. Aujourd'hui, Janome est le premier fabricant mondial de machines à coudre dites "Computers" et occupe le second rang en ce qui concerne la fabrication des machines à coudre mécaniques.

 

DSCN5847.JPG

 

DSCN5852.JPG

 

DSCN5861.JPG


DSCN5850.JPG

Repost 0
Published by musee-moutiers - dans Pour préparer la visite
commenter cet article
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 21:28

Pour marquer les 150 ans de la Compagnie des Pompiers de Moûtiers, réorganisée en 1863 après que la Savoie soit devenue Française (1860), le commandant tient maintenant en main le fac-similé du livret présentant la compagnie qui a été imprimé à Moûtiers en 1869, six ans après cette réorganisation.

 

DSCN2066

 

DSCN2068

Repost 0
Published by musee-moutiers - dans Pour préparer la visite
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 20:39

DSCN1079.JPG

 

Grâce à une généreuse donatrice le Musée présente dans l'espace consacré aux vêtements une deuxième machine à coudre de la marque Singer. Cette machine a été achetée en 1908 comme en témoigne la facture qui a été remise avec la machine.

 

DSCN1363.JPG

 

DSCN1078.JPG

 

File0481.jpg

 

Avec l'escompte accordé, cette machine a donc coûté 150 francs. On peut estimer que cette somme représentait une soixantaine de jours de travail pour un ouvrier à cette époque.

 

458px-Singer_sewing_machines_poster_1892.jpeg

 

Publicité de la Singer Manufacturing Company (1892).

L'évocation des différents pays où l'on vend et utilise des machines Singer annonce déjà les phénomènes de mondialisation.

Repost 0
Published by musee-moutiers - dans Pour préparer la visite
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 20:44

Dans l'une des salles du musée a trouvé place un sapin décoré de belles pommes rouges pour rappeler une tradition fort ancienne, avec des racines qui sont pré-chrétiennes.

 

DSCN1091.JPG

 

DSCN1092.JPG

 

DSCN1095.JPG

 

Entre 2000 et 1200 avant JC, on parlait déjà d'un arbre (L'épicéa, arbre de l'enfantement), le jour du 24 décembre, puisqu'on considérait ce jour comme la renaissance du soleil.  Les celtes avaient adopté un calendrier basé sur les cycles lunaires. A chaque mois lunaire était associé un arbre, l'épicéa fut celui du 24 décembre. Pour le rite païen du solstice d'hiver, un arbre symbole de vie était décoré avec des fruits, des fleurs et du blé.

En 354, l'Église institue la célébration de la naissance du Christ, le 25 décembre, pour rivaliser avec cette fête païenne. Initialement la célébration de Noël se résumait à la messe de la nativité.

 


bonifaceUn moine évangélisateur Allemand de la fin du VIIe siècle, Saint Boniface (né en 680), voulait convaincre les druides germains, des environs de Geismar, que le chêne n'était pas un arbre sacré. Il en fit donc abattre un. "En tombant, l'arbre écrasa tout ce qui se trouvait sur son passage à l'exception d'un jeune sapin".



A partir de là, la légende fait son oeuvre. Elle raconte que Saint Boniface a qualifié ce pur hasard de miracle, et déclaré dans sa même prédication : "Désormais, nous appellerons cet arbre, l'arbre de l'Enfant Jésus." Depuis, on plante en Allemagne de jeunes sapins pour célébrer la naissance du Christ.


Au XIème siècle, l'arbre de noël, garni de pommes rouges, symbolisait l'arbre du paradis.

 

DSCN1099-copie-1.JPG

 

C'est au XIIème siècle que la tradition du sapin est apparue en Europe, plus précisement en Alsace.

On le mentionne pour la première fois comme "arbre de noël" en Alsace vers 1521. Au XIVème siècle, les décorations étaient composées de pommes, de confiseries et de petits gâteaux. A cette même époque, l'étoile au sommet de l'arbre, symbole de l'étoile de Bethleem commença à se répandre. Ce sont les protestants en 1560 qui développèrent la tradition du sapin de noël pour se démarquer des catholiques.

Au XVIIème et XVIIIème siècle apparaissent les premiers sapins illuminés. On utilisait des coquilles de noix remplies d'huile à la surface desquelles des mêches flottaient ou des chandelles souples nouées autour des branches.

 

220px-MariaLeszczynska02.jpeg

 

 

 

 

 

C'est en 1738 que Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, roi de France, aurait installé un sapin de noël dans le château de Versailles. On trouva par la suite de plus en plus d'arbres de Noël particulièrement en Alsace-Lorraine, où existait déjà la tradition du sapin.

 

 

 

 

 

 

 

En 1837, la duchesse d'Orléans Hélène de Mecklembourg, d'origine Allemande, fit décorer un sapin aux Tuileries.
Cette tradition se généralisa après la guerre de 1870 dans toute la France grâce aux immigrés d'Alsace-Lorraine qui firent largement connaître la tradition de l' arbre de Noël aux Français.
C'est à cette période que le pays entier adopta cette tradition.

 

sapin-de-noel-tradition.gif


Repost 0
Published by musee-moutiers - dans Pour préparer la visite
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 21:55

Un grand Tétras (Tetrao urogallus), ou Grand coq de bruyère, qui est un gros gallinacé habitant les forêts de conifères de montagnes, a trouvé place dans l'intérieur savoyard. Il rappelle cette tradition de la chasse si importante dans la civilisation traditionnelle.

 

439px-Tetrao urogallus Richard BartzDSCN0732.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN0734

Repost 0
Published by musee-moutiers - dans Pour préparer la visite
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 21:27

Teddy Bear a désormais des petits frères, 2 nouveaux oursons l'ont rejoint. Merci à la généreuse donatrice qui nous a confié ces deux oursons des années 1930.

 

DSCN0566.JPG

 

DSCN0563.JPG

 

DSCN0564.JPG

 

DSCN0565.JPG

 

DSCN0567.JPG

 


Repost 0
Published by musee-moutiers - dans Pour préparer la visite
commenter cet article
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 21:37

Découvrez un échantillon des objets les plus insolites du Musée.

 

dscn3000.jpg.jpeg

 

une idée ?

Repost 0
Published by musee-moutiers - dans Pour préparer la visite
commenter cet article
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 19:49

Dans la salle religieuse du musée, une petite niche attendait une statuette. C'est chose faite avec un Saint Jean Baptiste enfant en bois polychrome (art populaire).   Selon l'iconographie traditionnelle, saint Jean Baptiste enfant tient une croix.

 

saint-jean-baptiste-enfant.jpg

 

DSCN0229.JPG

 

DSCN0223.JPG

 

DSCN0224.JPG

Repost 0
Published by musee-moutiers - dans Pour préparer la visite
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de musee-moutiers
  • Le blog de musee-moutiers
  • : Un musée dédié à la vie agroapostorale dans la vallée alpine de la Tarentaise. Une machine à remonter le temps pour découvrir la Savoie d'autrefois.
  • Contact

Recherche

Liens